© 2010 - 2017 Tous droits réservés Michel-Lafontaine.com - Reproduction interdite

Michel Lafontaine B.Th.,M.A. vous souhaite la bienvenue !

Les jardins sont

une des formes de rêve,

comme les poèmes,

la musique et l'algèbre.


Hector Bianciotti

Dernière mise à jour | 9 janvier 2017

Rechercher un thème sur le  site


Un parc spirituel

aux nombreux

sentiers & jardins

à parcourir

Nouveau flux RSS
Share on Facebook

  Sentiers de la spiritualité chrétienne…  


Bienheureuse Élisabeth de la Trinité 

(1880-1906)

 

Carmélite à Dijon (France) 


 

La spiritualité vécue par Élisabeth de la Trinité ne m'est pas encore entièrement familière. Je viens tout juste de me procurer ses Oeuvres complètes publiées aux éditions du Cerf. Néanmoins, sa prière célèbre à la Trinité est très inspiratrice. Elle invite à être pour le Verbe une "humanité de surcroît", ce qui apporte à l'expérience spirituelle un sens ouvert sur le monde... C'est avec vous que je ferai donc la découverte de ce sentier carmélitain !

Michel Lafontaine, B.Th., M.A.



Notes biographiques


Cette berrichonne, Élisabeth Catez, passera sa vie à Dijon où son père militaire avait été envoyé en garnison. Elle est très vive, passionnée, coléreuse. Elle a sept ans quand meurt son père. C'est un drame pour elle et elle veut se convertir, soutenue par sa mère qui l'aide à lutter contre son caractère difficile. Dans la bonne société dijonnaise, c'est une charmante jeune fille, premier prix de piano, recherchée par les bonnes familles pour l'un de leurs garçons. Mais elle a choisi une autre orientation pour sa vie.  Elle veut vivre "en oraison continuelle ", puisque Dieu est présent en son cœur. Malgré sa mère très possessive, elle peut entrer au Carmel de Dijon " pour se livrer à la vie des Trois, à l'union à Dieu ". Cinq ans d'union intime avec le Dieu-Trinité qui lui confère paix, joie et gaieté malgré la grave maladie qui l'accable bientôt et l'emportera à 26 ans dans l'amour éternel qu'elle a cherché.  

 

















 

 

 































© Vitrail de la chapelle des Carmes de Trois-Rivières


Accueil   Commentaires    Haut de page   Sentiers spirituels    Christianisme

 

 



Quelques pensées d’Élisabeth de la Trinité


Voilà toute mon ambition !

Être la proie de l’Amour !


 

Pacifiez mon âme, faîtes-en votre ciel,

votre demeure aimée et le lieu de votre repos.

Que je ne vous y laisse jamais seul,

mais que je sois là toute entière,

toute éveillée en foi,

toute adorante,

toute livrée à votre action créatrice.


 

C’est cette intimité avec Lui au-dedans

qui a été le beau soleil irradiant ma vie,

la faisant déjà comme un ciel anticipé.


 

Une âme qui permet à l’Être divin

de rassasier en elle

son besoin de communiquer tout ce qu’Il est

et tout ce qu’Il a,

est la louange de gloire de tous ses dons.



Ô mon Dieu, Trinité que j'adore,

aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous,

immobile et paisible comme si déjà mon âme

était dans l'éternité.

Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire sortir de vous,

ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin

dans la profondeur de votre Mystère.

Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel,

votre demeure aimée et le lieu de votre repos.

Que je ne vous y laisse jamais seul,

mais que je sois là tout entière,

tout éveillée en ma foi, tout adorante, toute livrée

à votre Action créatrice.

 

Ô mon Christ aimé, crucifié par amour,

je voudrais être une épouse pour votre Cœur,

je voudrais vous couvrir de gloire,

je voudrais vous aimer... jusqu'à en mourir!

Mais je sens mon impuissance

et je vous demande de me « revêtir de vous-même»,

d'identifier mon âme à tous les mouvements de votre âme,

de me submerger, de m'envahir, de vous substituer à moi,

afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de votre Vie.

Venez en moi comme Adorateur,

comme Réparateur et comme Sauveur.

Ô Verbe éternel, Parole de mon Dieu,

je veux passer ma vie à vous écouter,

je veux me faire tout enseignable,

afin d'apprendre tout de vous.

Puis, à travers toutes les nuits, tous les vides,

toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours 

et demeurer sous votre grande lumière;

ô mon Astre aimé, fascinez-moi

pour que je ne puisse plus sortir de votre rayonnement.

 

Ô Feu consumant, Esprit d'amour, «survenez en moi»,

afin qu'il se fasse en mon âme

comme une incarnation du Verbe:

que je Lui sois une humanité de surcroit

en laquelle II renouvelle tout son Mystère.

Et vous, ô Père,

penchez-vous vers votre pauvre petite créature,

«couvrez-la de votre ombre»,

ne voyez en elle que le «Bien-Aimé en lequel

vous avez mis toutes vos complaisances».

 

Ô mes Trois, mon Tout, ma Béatitude, Solitude infinie,

Immensité où je me perds, 

je me livre à vous comme une proie.

Ensevelissez-vous en moi pour que je m'ensevelisse en vous,

en attendant d'aller contempler en votre lumière

l'abîme de vos grandeurs. Amen.